« Il valait mieux que cela tombât sur eux que sur nous. »

Catherine De Médicis dans sa Lettre à l’ambassadeur de Toscane à propos du massacre de la Saint-Barthélemy

Table des portées[modifier | modifier le wikicode]

Armes/Portées Brûle-pourpoint

Test Facile

Courte

Test Par défaut

Moyenne

Test Difficile

Longue

Test Périlleux

Extrême

Test Désespéré

Canon Bout portant Jusqu’à 167 pas Jusqu’à 500 pas Jusqu’à 1500 pas Jusqu’à 2500 pas
Grande couleuvrine Bout portant Jusqu’à 233 pas Jusqu’à 700 pas Jusqu’à 3500 pas Jusqu’à 3500 pas
Couleuvrine bâtarde Bout portant Jusqu’à 133 pas Jusqu’à 400 pas Jusqu’à 1200 pas Jusqu’à 2000 pas
Couleuvrine moyenne Bout portant Jusqu’à 116 pas Jusqu’à 350 pas Jusqu’à 1050 pas Jusqu’à 1750 pas
Faucon Bout portant Jusqu’à 100 pas Jusqu’à 300 pas Jusqu’à 900 pas Jusqu’à 1500 pas
Fauconneau Bout portant Jusqu’à 67 pas Jusqu’à 200 pas Jusqu’à 600 pas Jusqu’à 1000 pas
Les six calibres de l'artillerie de France, sous François Ier.png

Les six calibres de l’artillerie de France, sous François Ier : canon, grande couleuvrine, couleuvrine bâtarde, couleuvrine moyenne, faucon et fauconneau

Armes d’artillerie[modifier | modifier le wikicode]

· Canon : Pièce d’artillerie de 9 pieds 9 pouces 6 lignes de longueur pesant 5 300 livres. Le canon tire des boulets de 33 livres et 4 onces. Un attelage de 21 chevaux est nécessaire pour le traîner.

Compétence Dégâts Spécificités Prix
Artillerie 8D6 Temps de recharge : 10 minutes moins le score d’Artillerie de l’artilleur. Nécessite au moins 2 personnes. 100£ pour la pièce

32£ pour l’affût

10 sols pour le boulet


· Grande couleuvrine : Pièce d’artillerie de 9 pieds 10 pouces de longueur pesant 4 000 livres. La grande couleuvrine tire des boulets de 13 livres 2 onces. Un attelage de 17 chevaux est nécessaire pour la traîner.

Compétence Dégâts Spécificités Prix
Artillerie 7D6 Temps de recharge : 10 minutes moins le score d’Artillerie de ’artilleur. Nécessite au moins 2 personnes. 100£ pour la pièce

32£ pour l’affût

5 sols pour le boulet


· Couleuvrine bâtarde : Pièce d’artillerie de 9 pieds de longueur pesant 2 500 livres. La couleuvrine bâtarde tire des boulets de 7 livres 2 onces. Un attelage de 11 chevaux est nécessaire pour la traîner.

Compétence Dégâts Spécificités Prix
Artillerie 6D6 Temps de recharge : 10 minutes moins le score d’Artillerie de l’artilleur. Nécessite au moins 2 personnes. 80£ pour la pièce

32£ pour l’affût

5 sols pour le boulet


· Couleuvrine moyenne : Pièce d’artillerie de 8 pieds de longueur pesant 1 200 livres. La couleuvrine moyenne tire des boulets de 2 livres. Un attelage de 7 chevaux est nécessaire pour la traîner.

Compétence Dégâts Spécificités Prix
Artillerie 5D6 Temps de recharge : 10 minutes moins le score d’Artillerie de l’artilleur. Nécessite au moins 2 personnes. 50£ pour la pièce

32£ pour l’affût

5 sols pour le boulet


· Faucon : Pièce d’artillerie de 7 pieds de longueur pesant 700 livres. Le faucon tire des boulets de 1 livres et 1 once. Un attelage de 3 chevaux est nécessaire pour le traîner.

Compétence Dégâts Spécificités Prix
Artillerie 4D6 Temps de recharge : 10 minutes moins le score d’Artillerie de l’artilleur. Nécessite au moins 2 personnes. 40£ pour la pièce

20£ pour l’affût

2 sols pour le boulet


· Fauconneau : Pièce d’artillerie de 6 pieds et 4 pouces de longueur pesant 600 livres. Le faucon tire des boulets de 14 onces. Un attelage de 2 chevaux est nécessaire pour le traîner.

Compétence Dégâts Spécificités Prix
Artillerie 3D6 Temps de recharge : 10 minutes moins le score d’Artillerie de l’artilleur. Nécessite au moins 2 personnes. 30£ pour la pièce

19£ pour l’affût

2 sols pour le boulet

Projectiles[modifier | modifier le wikicode]

· Boulet : Projectile sphérique en fonte. Les pierres ne sont plus utilisées à l’époque

· Boulets ramés : Boulet armé de deux chaînes terminées chacune par une masse métallique. Le système occupait un espace plus grand que le boulet isolé et frappait dans un champ plus large.

· Clous et chaînes : Enfermés dans un sac fait d’une étoffe grossière, dès l’impulsion de la décharge les petits projectiles déchiraient leur enveloppe et s’éparpillaient sur un large espace.

Tirs[modifier | modifier le wikicode]

· But en blanc : Portée du tir avec une trajectoire rectiligne. Au-delà, viser devient très compliqué.

· À toute volée : Portée maximale du tir, obtenue à 45°.

Poudre noire[modifier | modifier le wikicode]

· Charge : Il faut charger la pièce d’artillerie en poudre noire l’équivalent de 3 quarts du poids du boulet à tirer.

· Composition : Mélange de souffre, de salpêtre et de charbon.

Notes et sources[modifier | modifier le wikicode]

Pour les portée, j’ai considéré que la portée de but en blanc était la portée moyenne et ensuite j’ai repris les coefficient de l’arquebuse pour calculer les autres portées (Courte : 1/3. Longue : x3. Extrême : x5) page 355 du livre 2 de Te deum pour un massacre 2e édition.

Source pour la portée de but en blanc (notamment) : Étude sur le passé et l’avenir de l’artillerie page 328, selon le capitaine Vasselieu dit Nicolay Lionnais. La portée de but en blanc de la couleuvrine moyenne a été baissée de 50 pas pour la rendre différente de la bâtarde.

Les Merveilles de la science ou description populaire des inventions modernes par Furne, Jouvet et compagnie. 3, pages 309-462

Source pour le prix des boulets : La Grande Maîtresse, nef de François Ier de Max Guérout et Bernard Liou, page 256

Les tirs à toute volé vont 10 fois plus loin que les tirs de but en blanc selon Pierre Surirey de Saint Remy (1645-1716). Cours de mathématiques de M. Chrétien Wolf, 3e tome, page 125.

Les portée de but en blanc et à toute volée indiquées ici sont à peu près les mêmes que celles mentionnées dans La forge de Vulcain par le chevalier de Saint Julien page 37 (datant de 1710).

Les tirs de but en blanc semblent les seuls précis en 1751, d’après l’Encyclopédie de Rousseau de D’Alembert. On peut donc supposer qu’au XVIe siècle également.

Source pour le prix des pièces : Journal des sciences militaires des armées de terre et de mer, 2e série, tome XVIII de J. Corréard (1837)

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA.